Le Musée Royal d’Afrique Centrale de Tervueren, désormais appelé Africa Museum, a réouvert ses portes le 8 décembre 2018 après de longues années de travaux de rénovation.

Après l’effervescence autour de cette réouverture et maintenant que la pression est retombée, le CMCLD vous livre sa position.

Nous prenons acte de cette réouverture et de toute la communication qui a entouré celle-ci. Le CMCLD prend aussi acte et encourage le procès du passé colonial entamé par le Musée à travers cette rénovation, même si, ce faisant, il s’est constitué en même temps juge et partie.

Cependant le CMCLD trouve que la diaspora n’a pas été suffisamment écoutée et mise à contribution pour ce travail important. Par ailleurs, le musée ayant changé de dénomination et s’appelant désormais Africa Museum, nous estimons que les Africains doivent jouer un rôle significatif à l’intérieur de ce musée et non un rôle subsidiaire. En somme, les Africains doivent se retrouver non plus derrière la vitrine mais devant la vitrine.

En effet, malgré une apparente collaboration avec la diaspora, l’impact réel de leur contribution dans le visage final du nouveau musée est faible. Ce d’autant plus que dans la dernière ligne droite avant l’ouverture, la collaboration structurée avec la diaspora africaine a été interrompue durant de longs mois.

La communication du musée a présenté l’AM comme un héritage commun de la Belgique et l’Afrique, cependant rien n’est dit quant à la cogestion et à la répartition équitable de cet héritage commun. Le CMCLD estime donc qu’un inventaire exhaustif et détaillé de cet héritage doit être effectué afin que ce qui revient à l’Afrique lui soit rétrocédé.

En conclusion, le CMCLD attend du Musée qu’il entame un véritable processus de décolonisation en intégrant structurellement et significativement la diaspora africaine.

Nous, Collectif, resterons vigilants quant au processus de décolonisation effectif et non cosmétique du Musée. Et nous nous déclarons toutefois disposés à accompagner le musée dans ce travail de décolonisation totale si le besoin nous en est exprimé.

Le Collectif Mémoire Coloniale et Lutte contre les Discriminations.

Bruxelles, le 03-01-2019