LE BOZAR ET LA LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA NEGROPHOBIE : VERITABLE ENGAGEMENT OU SIMPLE COUP DE PUB ?…

Le Bozar a lancé il y a peu son festival “Afropolitan” et a innové cette année avec l’organisation des débats sur les questions de racisme et de négrophobie en Europe, notamment un débat sur la lutte contre l’Afrophobie en Europe.
S’il faut saluer une telle initiative, il reste que les objectifs affichés pour cet évènement sont encore à clarifier et à retrouver. En effet, Europe Belgium Diversity (EBD), membre du Collectif « Mémoire coloniale et lutte contre les discriminations », invité à participer comme intervenant au débat a décliné l’invitation, par manque de pertinence et de cohérence de Bozar sur les questions de racisme et de négrophobie. EBD, vu le passé du Bozar en matière de censure sur des questions touchant à la mémoire coloniale a souhaité connaître en détails les objectifs et les résultats attendus de cette rencontre. Par ailleurs, il se pose également la question de l’animation de ce débat par le Journal De Morgen, qui a créé la sensation lors de la visite du Président Obama en Belgique en mars 2015, avec une caricature de M. et Mme Obama représentés en singe et guenon. En outre, le CMCLD, depuis sa création et dans le cadre du développement de ses partenariats avec les institutions, a collaboré avec le Musée de Tervuren sur des questions de mémoire coloniale. Il ne peut en dire autant du Bozar, avec lequel il n’y a jamais eu d’initiatives communes, sauf la volonté pour cette institution de vouloir utiliser gratuitement les compétences dont regorge le Collectif et de susciter des divisions au sein de la diaspora des afro-descendants en Belgique. Une initiative malheureuse a été tentée avec des commémorations autour de Lumumba en janvier 2015 qui a permis de constater l’ambiguïté de cette institution quant au racisme et à la negrophobie. Tout le monde se souvient encore de ce refus du Bozar d’accepter que le nom de Patrice Lumumba soit associé au festival Congolisation qu’il était censé accueillir. Lumumba, épine historique dans le pied de certaines institutions à la mentalité encore paternaliste et coloniale étant la raison première de la création de ce festival.
Le retrait du Collectif de toute collaboration avec le Bozar depuis quelques mois se justifie, puisque des récriminations ont été faites aux responsables de cette institution, et des propositions s’en sont suivies pour une plus grande diversité multiculturelle au sein des instances et du personnel du Bozar, en particulier, dans le Desk relatif à l’organisation autour des activités sur l’Afrique.
En définitive, pour que le Bozar ne soit pas perçu comme nombre de ces institutions négrophobes qui vivent du racisme et de l’exploitation des Africains, elle doit cesser de parler et d’agir à la place des Africains en les mettant en scène et en les donnant à voir comme à l’époque des « zoos humains ». Car, comme le soulignait justement Nelson Mandela à propos de la non-participation des Noirs aux affaires publiques lors de l’Apartheid en Afrique du Sud : ce qui est fait pour les Noirs sans eux, est toujours fait contre eux. Il ne s’agit pas seulement d’être montré comme consommateurs et instrumentalisé, il s’agit pour les Afro-descendants d’être acteurs de leur propre destinée de citoyens de
ce pays.

Pour Le Comité de Pilotage du CMCLD,
Docteur Maximin EMAGNA
Président de Europe Belgium Diversity (EBD, membre du CMCLD)