Une enquête du journal Le Soir mettait récemment en lumière à quel point les vétérans congolais ayant combattu aux côtés des Alliés en 14-18 et 40-45 pour repousser l’ennemi nazi et fasciste sont les laissés-pour-compte de l’Histoire.

Inexpérimentés, formés à la hâte, sous les ordres d’officiers blancs exclusivement, et embarqués du jour au lendemain dans une improbable odyssée – des semaines de transport par route ou par bateau, un climat rude, la mort et les maladies, les affres de la vie militaire…–, ces soldats congolais ont «contribué à l’oeuvre de la victoire», comme l’écrit le 19 septembre 1944 le gouverneur général Ryckmans, dans un «courrier confidentiel européen» dont Le Soir a pris connaissance.

Téléchargez le document en entier