Monsieur le bourgmestre,
La communauté africaine de Belgique, vient par la présente vous exprimer son indignation suite à votre
lettre du 30 mars 2020 adressée aux « Liégeois d’origine subsaharienne », au sujet de leur prétendue
indiscipline et incivisme, conduisant à grossir le nombre des patients de « certains » hôpitaux liégeois à
cause du Covid19. Notre message ne vise pas à rouvrir la polémique, nous disons comme la majorité de
nos compatriotes : « OUI au respect des consignes de sécurité – NON à la stigmatisation et aux
stéréotypes, à la généralisation des comportements des uns – Que TOUS les coupables soient directement
interpellés. NON aux amalgames… ».
Soyons clairs, s’ils se trouvent, par des faits, qu’un Africain ou un Afrodescendant, comme n’importe quel
citoyen, est reconnu coupable de propagation volontaire du Covid19, les sanctions requises doivent lui être
appliquées. Car il en va de la santé de tous. Mais ce n’est malheureusement pas la voie choisie par votre
lettre. Elle stigmatise, discrimine, condamne toute une population à cause de son origine. C’est scandaleux.
Monsieur Willy Demeyer, vous vous êtes excusé. Mais vous vous êtes immédiatement défendu en
prétendant agir par « devoir de bienveillance envers une partie de la population » ; que vous avez adressé
ce genre de message à d’autres catégories de citoyens dont nous n’avons trouvé aucune trace ; que vous
êtes satisfait de votre « initiative de sensibilisation car elle aurait porté des fruits ». Vous avez également
affirmé que des églises africaines continuaient de tenir des réunions… Tout ceci renforce notre argument
sur le but discriminatoire et humiliant de votre lettre. C’est pour cela que nous ne pouvons pas attendre la
fin du confinement pour débattre, car vous avez vous-même ouvert le débat sur la persistance du racisme
et de la négrophobie au sein de l’administration liégeoise.
En effet, votre affirmation concernant « la « proportion anormalement élevée » d’Africains subsahariens
dans les hôpitaux liégeois à cause du Covid19 est évasive et peu crédible. Aucune étude ne l’a prouvé

jusqu’à présent. En réalité, votre préoccupation est ailleurs. Cela d’autant que vous insistez sur le non-
respect des consignes par la communauté africaine comme « se laver régulièrement les mains, respecter

les distances sociales et rester chez soi », des mesures qui concernent tout le monde. Mais votre façon
partisane de les rappeler à la communauté africaine renvoie aux préjugés sur les Noirs concernant leur
insalubrité, leur instinct grégaire et copulatif, leur irresponsabilité, leur incivisme, leur pensée magique
(croire vaincre le Covid19 par la prière), etc.
Nous tenons à vous rappeler, M. le Bourgmestre, qu’en Belgique parmi de nombreuses personnes qui se
battent jour et nuit contre le coronavirus et qui sont au service de la population, exposant leurs vies et
exposant les leurs, se trouvent de nombreuses personnes Africaines ou afrodescendantes. Ils sont
technicien.ne.s de surface, aide-soignant(e), infirmier.e.s, médecins, magasiniers, caissier(e)s, coursiers, etc
; ils travaillent dans des maisons de repos – premier foyer de propagation de l’épidémie -, dans les
infrastructures de santé, dans l’alimentation (supermarchés, centres de distribution et dépôts). Ils sont
donc au front. Et pourtant vous ne le reconnaissez pas dans votre lettre. Il n’y a pas une moindre
reconnaissance par rapport à un tel apport et à tant de sacrifice.

Mais revenons-en aux pasteurs et à leurs cultes que vous stigmatisez particulièrement. S’il y a des pasteurs
inconscients et inciviques qui exposent la vie des citoyens, il est de votre devoir de les sanctionner. Or ce
n’est pas ce que vous avez fait. Vous stigmatisez. Et pourtant les inconscients qui ont répandu le virus et
qui ont rendu l’épidémie pandémique se comptent par milliers. On se rappelle de l’attitude des
gouvernements européens, eux-mêmes, qui ont envoyé des avions en Chine pour ramener en Europe leurs
ressortissants qui s’y trouvaient particulièrement dans les zones où la maladie avait éclaté, sans parler de
certains dirigeants qui s’en sont moqués publiquement en allant allègrement à la rencontre des gens dans
des théâtres, des places ou des restaurants jusqu’à en tomber malades eux-mêmes. Le plus aberrant ayant
été l’incroyable insouciance des dirigeants politiques et sportifs, y compris ceux de Liège, qui ont laissé des
milliers de personnes arpenter les stades de football se rendant d’un pays à l’autre, dans une insouciance
scandaleuse ; ou encore l’incroyable attitude de nombreux consommateurs Belges qui sont allés fêter
toute la nuit du jour avant l’application de la règle du confinement. Les cas semblables peuvent être cités
par centaines.
Nous ne voulons pas défendre quelque pasteur que ce soit. Mais nous exprimons notre étonnement sur la
discrimination des Africains. Votre devoir de Bourgmestre ne vous autorise-t-il pas d’appliquer la loi et de
sanctionner les coupables ? De quelle église parlez-vous ? Si les pasteurs incriminés sont connus, pourquoi
l’allusion à la communauté africaine, alors que vous savez que tous les Africains ne sont pas des pasteurs ?
Monsieur le Bourgmestre, votre communication concernant le COVD 19 en direction de la communauté
africaine pose problème. Pourquoi eux et pourquoi vous ? Car depuis le début de l’épidémie en Belgique,
les précisions épidémiologiques concernant la propagation de la maladie sont à la charge des spécialistes.
Ils ont un porte-parole qui rend compte au quotidien de l’actualité de l’épidémie. Or nous n’avons rien
entendu de leur part concernant la communauté africaine que vous stigmatisez. Vous vous êtes investi du
pouvoir des épidémiologistes reconnus sans en avoir la compétence. Cela est contre-productif et
condamnable. Nous percevons là une volonté de vilipender la communauté africaine de Liège et de lui
faire porter le chapeau de l’expansion de la pandémie sans preuve. La politique du « bouc émissaire ».
Nous estimons quant à nous que l’heure n’est pas à la stigmatisation, à la discrimination, aux expressions
de mépris, mais à la lutte musclée contre le virus car nous sommes tous sur le même bateau. Si par
malheur la société africaine de Liège devait succomber au COVID 19, cela ne sera pas sans conséquence
pour l’ensemble de la communauté nationale. L’heure est grave. Elle appelle à la mobilisation et non à la
stigmatisation, au mépris ou à l’exclusion.
Nous rejetons l’utilisation et l’exploitation du racisme anti-noir à des fins électoralistes.

Premiers signataires :
– Collectif Mémoire Coloniale et Lutte contre les Discriminations (Bruxelles)
– Le Haut Conseil des Africains de la Province de Namur (HCAPN) (Namur)
– Les amis du monde entier (Belgique)
– Afromeminist in Progress (Bruxelles)
– PAD Belgium (Belgique)
– Voix des femmes asbl (Mons)
– Change asbl (Bruxelles)
– Mouvement pour la Renaissance de l’Afrique (MORAF, Liège)
– Moja asbl (Bruxelles)
– TEP Afrique asbl (Charleroi)
– Trivision Impacts asbl (Liège)

– Afrique Autrement/Afrika Anders asbl-vzw (Asse Brabant Flamand)
– Europe Belgium Diversity (EBD) (Fleurus)
– AZECA asbl (Mons)
– Collectif Mémoire coloniale et lutte contre les discriminations (section Liège)
– Sous l’Arbre à Palabre/Radio Campus (Bruxelles)
– Observatoire de la négrophobie en Europe (Charleroi)
– Solidarité Togo asbl (Mons)
– Ligue Panafricaine UMOJA – Section Belgique

#CoronaRacisme
#JeNeSuisPasUnVirus
#RacismeEtNegrophobieEnBelgique

#CoronaRacism
#IAmNotAVirus
#RacismAndNegrphobiaInBelgium