Dans le projet de destin des peuples africains et de leurs diasporas qu’est la panafricanisme, l’éducation panafricaine a été un outil important au service des Africains et de leur émancipation à tous les niveaux (politique, économique, social et culturel). Il a été un des chevaux de bataille prônés par les grands héros de cette lutte. Aucun peuple ne se crée un avenir radieux et un épanouissement sans une éducation créée par lui-même pour ses membres. Cette éducation forge une identité ainsi qu’une vision du monde essentielles au développement du bien-être et de la conscience des peuples africains et de leurs diasporas.

Afin de réfléchir et d’apprendrePour cette seconde conférence formation de l’année, le Collectif Mémoire Coloniale et Change asbl vous proposent d’approfondir l’idéologie de l’historien Burkinabè: Joseph Ki-Zerbo avec comme intervenant un autre historien: Amzat Boukari Yabara

Les places étant limitées, il est préférable de vous inscrire via le lien suivant: https://goo.gl/forms/i3mqSXhX19M3y42n1

Joseph Ki‐Zerbo (1922‐2006), historien, professeur et homme politique burkinabè, se distingue par un parcours intellectuel et académique exceptionnel. Né en Haute‐Volta (actuel Burkina Faso) qui, à l’époque, enregistre l’un des plus faibles taux de scolarisation de l’AOF, il entame contre toute attente des études couronnées de succès. Bachelier en 1949, il intègre l’Université de la Sorbonne, où il étudie l’histoire, puis l’Institut d’Etudes politiques de Paris. Il devient ainsi, en 1956, le premier Africain agrégé d’histoire.

C’est durant ces années d’études supérieures que son engagement pour la reconnaissance de l’histoire africaine se développe. En 1958, il fonde son premier parti politique, Le Mouvement pour la Libération nationale de l’Afrique. Lorsque son pays obtient l’indépendance, il devient un acteur reconnu de l’opposition au régime instauré, militant pour la démocratie et l’unité africaine. Contraint à l’exil en 1983, il revient en 1992 et reconstitue son parti, qui s’impose comme le parti d’opposition le plus important du pays. Parallèlement, il participe au Conseil exécutif de l’UNESCO en tant que membre éminent. Après l’assassinat du journaliste Norbert Zongo en 1998, il contribue à la création du Collectif des organisations démocratiques de masse et des partis politiques, dont l’objectif est de lutter contre l’impunité des crimes politiques et économiques, et devient l’un des leaders du mouvement.

Homme politique reconnu et respecté, Joseph Ki‐Zerbo est aussi l’un des plus grands penseurs de l’Afrique. Il a consacré la majeure partie de sa vie à lutter pour que l’Afrique soit considérée comme une véritable civilisation. Sa monumentale Histoire de l’Afrique noire (1972), première synthèse sur le sujet rédigée par un Africain, devient un ouvrage de référence. Impliqué dans la recherche au développement, il obtient en 1997 le prix Nobel alternatif et en 2000 le prix Kadhafi des droits de l’homme et des peuples. Auteur de nombreux articles et ouvrages, il publie en 2003 l’un de ses derniers écrits, À quand l’Afrique ? Entretien avec René Holenstein, très vite épuisé, et aujourd’hui réédité. Il décède trois ans plus tard, le 4 décembre 2006.
—-
#Info Pratiques

#Quand?
Samedi 6 mai 2017
14.30 – 17.30
Ouverture des portes à 14.00!

#Où?
Bozar @Africamuseum
rue ravenstein 23
1000 Bruxelles

#PAF: 5€

#Inscriptions: https://goo.gl/forms/i3mqSXhX19M3y42n1

#Paiement:
BE12 5230 8086 0992
Communication: NOM + Prénom

#Contact:
memoirecoloniale@gmail.com
changeasbl@gmail.com
32 487 36 23 70